fast fashion, c'est démodé.png

ILS/ELLES VIVENT LA SLOW FASHION
et nous en parlent

Témoignages.png

Témoignage

Stéphanie Roisin

Fondatrice de LA RITOURNELLE

Jukebox.JPG


Je suis Stéphanie, fondatrice de La Ritournelle, un magasin de seconde main pour enfants de 0 à 10 ans ainsi que pour les futures mamans. J'ai ouvert le magasin en 2018 à Schaerbeek, près du parc Josaphat, un parc incontournable pour les familles bruxelloises en manque de nature.

A la naissance de mon premier enfant, en 2013, j'ai découvert à quel point il était possible d'acheter, de recevoir et puis d'accumuler tant de vêtements pour un si petit bout qui venait à peine de naître. Né plus tôt que prévu, je me souviens que sa chambre n'était pas du tout prête. Par facilité, nous avons été dans le premier magasin neuf qui était sur notre chemin et nous sommes repartis avec tout ce dont nous avions besoin mais en ayant dépensé une très grosse somme d'argent et tout cela n'était sûrement pas très bon pour la planète non plus.

Petit à petit je me suis demandé ce que j'allais faire de tous les vêtements achetés neufs et qui étaient déjà devenus trop petits pour mon fils. J'ai alors commencé par trier ses vêtements par catégorie:

  • à donner: les articles en état correct mais sans grande valeur

  • à recycler: les vêtements abîmés ou tâchés, plus portables

  • à revendre: les vêtements de super qualité, achetés neufs et très peu mis

Pour cette 3ème catégorie, je ne savais pas comment m'y prendre pour revendre les vêtements et je n'avais pas le temps de faire des photos, de contacter les gens et d'envoyer tout par la poste.

Je me suis alors renseignée sur ce qui existait déjà en Belgique et ailleurs. C'est aux Pays-Bas que j'ai découvert le concept de dépôt-vente: des particuliers déposent les vêtements de leurs enfants et en échange ils récupèrent une partie des ventes effectuées. Quelques années plus tard, j'ai ouvert La Ritournelle en me basant sur ce principe: les parents déposent les vêtements et moi je m'occupe de tout le reste.

Le dépôt-vente est une solution très simple pour les parents: une fois le tri fait à la maison, ils viennent déposer les vêtements de leurs enfants, le magasin s'occupe du reste: l'encodage, les prix de chaque article, le rangement en magasin, les photos, les ventes. Chaque mois, le déposant reçoit l'argent des pièces vendues au cours du mois et La Ritournelle prend une commission sur les ventes. C'est un gain de temps pour les parents et on sait qu'on en a tous besoin.

Beaucoup de personnes me demandent si je tiens le coup avec la crise sanitaire et les plateformes de ventes en ligne. Je dois avouer que ce n'est pas simple car la concurrence est rude mais pour rien au monde je voudrais quitter ma boutique physique. Les conseils, les rencontres avec les clients, c'est ce qui m'anime au quotidien. De plus, les clients aiment vérifier l'état, voir les matières, la qualité du vêtement de seconde main, ce qu'on peut difficilement faire en ligne et donc il arrive parfois d'être déçu par les achats effectués à travers un écran.


Un autre conseil que j'aurais à donner aux parents qui veulent s'équiper principalement en seconde main pour leurs enfants: soyez prévoyants! Ne vous y prenez pas à la dernière minute pour trouver un maillot de bain taille 5 ans la veille du départ en vacances, des baskets pointure 28, etc. Acheter en seconde main et chiner, cela prend certes du temps mais cela vaut la peine pour le portefeuille et notre planète!



 Vous aussi partagez votre témoignage, vos conseils, astuces et looks slow fashion avec le #DefiSlowShopping.

  • Facebook
  • Instagram

Le Défi Slow Shopping est initié par l'asbl R-Use Fabrik et porté par les membres textiles du réseau circlemade

r-usefabrik circlemade.png

R-Use Fabrik donne une nouvelle vie à vos vieux vêtements via la couture et l'upcycling.

Le réseau circlemade vise à être le réseau de référence en économie circulaire à Bruxelles

Circlemade_brussels-rvb- SANS FOND (002)