fast fashion, c'est démodé.png

ILS/ELLES VIVENT LA SLOW FASHION
et nous en parlent

Témoignages.png

Témoignage

Juliet Bonhomme

SLOW FASHION CAMPAIGNER

Jukebox.JPG

Je dois dire que je viens de loin, voire de très loin ! Je suis une ancienne Fast Fashion Addict, j’étais une consommatrice ultime de mode jetable, au prix mini et aux tendances maxi. Zara et H&M étaient mes temples, les soldes mes moments préférés de l’année… Pourquoi? Je pense que je comblais un vide au fond de moi. Celui de la frustration sûrement. Car j’ai toujours été passionnée par la mode, je voulais étudier le stylisme et être au cœur de la création. Mais au moment de choisir mes études supérieures, je n’ai pas osé passer le cap du métier artistique, jugé trop « risqué » à cette période de ma vie. Je suis donc restée en mode « consommation » only.


Petit à petit, j’ai pris conscience de l’impact des industries qui nourrissent notre quotidien. J’ai décidé de changer chaque aspect et de passer au mode « durable », de choisir des projets qui respectent l’homme et la planète, de leur donner mon argent et ma voix. Cela a commencé par mon alimentation, puis par mes cosmétiques, et la mode est restée entre parenthèse. Je ne savais plus comment la consommer, je l’ai simplement mise de côté et je n’ai plus rien acheté pendant 6 mois. Tout me dégoûtait et j’avais orienté mon focus sur les autres pans de ma vie.


Sauf que la mode faisait partie de moi, c’était une passion et la mettre de côté c’était éteindre ma petite flamme. J’ai décidé de trouver des solutions, car il devait y en avoir. J’ai donc commencé à chiner en brocante et en vide dressing. J’ai découvert Vinted et j’ai acheté des vêtements à mes amies. J’ai réalisé qu’au final, j’arrivais à être stylée sans trop « polluer »… J’ai voulu partager ça sur la toile, car je voyais trop de blogueuses qui invitaient à la surconsommation de tous les côtés, et ca me rendait folle que des jeunes filles allaient être influencées dans cette voie là. Alors j’ai pris les codes des stars d’Instagram, et je me suis mise en rue à photographier mes look « 100% slow » et à les décrire en caption. Le but? Montrer qu’un vêtement chiné, emprunté, ou que l’on possède déjà, a énormément de potentiel.


Je suis devenue une slow fashion campaigner, à la recherche des bons plans seconde main, des marques éthiques, des projets à suivre. Je suis passée par la location de robe de soirée, à l’échange de vêtements et maintenant, à l’Upcycling. Cette dernière pratique m’a permise de renouer avec mon envie de créer tout en limitant mes déchets au max. J’ai évidement fait des erreurs de parcours… Je suis tombée dans la surconsommation de la bonne conscience. J’ai jeté mon dévolu sur la seconde main pas chère et je l’ai overconsommé… J’en ai pris conscience et je suis enfin arrivée à une mode durable, qui me correspond.


Marques éco-responsables que j’aime beaucoup : Balzac Paris, Orta Store, IMPRM Studio, Underprotection, Kaly Ora, Jan N’June, Le supermarket… Le concept store Ycca peut vous faciliter la tâche sur Bruxelles : elle réunit pas mal de mes marques préférées ;)


Sur Bruxelles, je conseille aussi OZER, magasin de seconde main très actuel avec des vraies pépites directement dénichées chez des particulières (c’est un dépôt vente).


Live consciously, not seriously.





 Vous aussi partagez votre témoignage, vos conseils, astuces et looks slow fashion avec le #DefiSlowShopping.

  • Facebook
  • Instagram

Le Défi Slow Shopping est initié par l'asbl R-Use Fabrik et porté par les membres textiles du réseau circlemade

r-usefabrik circlemade.png

R-Use Fabrik donne une nouvelle vie à vos vieux vêtements via la couture et l'upcycling.

Le réseau circlemade vise à être le réseau de référence en économie circulaire à Bruxelles

Circlemade_brussels-rvb- SANS FOND (002)